Ο ΝΕΟΦΙΛΕΛΕΥΘΕΡΙΣΜΟΣ ΕΙΝΑΙ ΦΑΣΙΣΜΟΣ

της Manuela Cadelli, Προέδρου της Ένωσης Δικαστικών Λειτουργών του Βελγίου

https://pbs.twimg.com/profile_images/704720688989360128/5vQjwQKt.jpg             français english

Πέρασε η εποχή που έπρεπε να προσέχουμε πώς μιλάμε. Τώρα πρέπει να λέμε τα πράγματα με το όνομά τους, ώστε να γεννηθεί μια συντονισμένη δημοκρατική αντίδραση, ιδιαίτερα στο χώρο των δημόσιων υπηρεσιών.

Ο φιλελευθερισμός ήταν ένα πολιτικό και οικονομικό δόγμα που προήλθε από τον Διαφωτισμό και που απέβλεπε στο να περιορίσει το κράτος στο βαθμό που απαιτείτο, ώστε να γίνονται σεβαστές οι ελευθερίες και να επιτευχθεί η δημοκρατική χειραφέτηση. Ήταν η μήτρα της γέννησης και της προόδου των δυτικών δημοκρατιών.

Ο νεοφιλελευθερισμός είναι ο πλήρης οικονομισμός που σήμερα πλήττει μόνιμα κάθε τομέα της κοινωνίας μας. Είναι ένα είδος εξτρεμισμού.

(more…)

Le nouveau dogme de l’OTAN et de l’UE se met en place par des coups comme l’attentat de Nice et le coup d’État alla turca

Par Dimitris Kazakis

ελληνικά

Le sommet de l’OTAN qui a eu lieu en Pologne les 8 et 9 juillet 2016 était le plus important depuis les temps de la guerre froide. Ce sommet a vraiment marqué un virage. L’Alliance a décidé de s’organiser de sorte que les forces armées de tous les pays membres –en plus des membres de l’UE– composent un corps militaire plus ou moins unique pour servir non pas la défense mais la « sécurité collective » contre des menaces telles que le terrorisme et l’ « agressivité » de la Russie.

Seul pays à réagir contre cette stratégie de tension mise en place tant par l’OTAN que par l’UE, qui y participe officiellement pour la première fois, a été la France. Le dogme de la « sécurité collective » constitue pour les hauts rangs des forces armées françaises ainsi que pour certains hauts fonctionnaires de l’État, une dissolution définitive de l’État nation et de sa défense nationale. Même F. Hollande –en marge des séances officielles du sommet– a été obligé de balbutier quelques objections.

A peine 5 jours plus tard a eu lieu à Nice un nouvel attentat qui a causé plusieurs morts, le jour même de la fête nationale. F. Hollande s’est aussitôt précipité pour déclarer que l’auteur du crime (citoyen français d’origine tunisienne) est lié « d’une manière ou d’une autre » à l’Islam radical. En saurait-il un poil plus que les autorités répressives de son pays ? Par des déclarations de cette sorte il lance, bien évidemment, le début du conte : « La France devra apprendre à vivre avec le terrorisme ».

Est-ce un hasard si la France est devenue aujourd’hui le but d’attentats terroristes de plus en plus fréquents ? Est-ce que son implication militaire au Moyen Orient et en Afrique est tellement importante pour justifier le fait qu’elle devienne la cible du terrorisme organisé ? Quelle est la raison pour laquelle l’Allemagne – qui en décembre de l’année dernière par une simple décision de son parlement a envoyé une brigade de forces spéciales pour renforcer la guerre contre Assad – est moins touchée? Malgré sa grande implication au Moyen-Orient, pourquoi des attentats pareils n’ont pas lieu en Grande Bretagne ?

Indépendamment de la question de savoir qui sont les organisateurs de ces attentats, leur cible est la France en tant qu’État souverain. Il se peut que le système politique dominant du pays soit acheté par les forces de la mondialisation et assimilé à elles ; mais au sein de l’État français, parmi les hauts fonctionnaires et les officiers, encore aujourd’hui, se manifestent des restes du gaullisme. Ce dogme voyait avec beaucoup de méfiance toute tentative, liée à l’« intégration européenne » et à l’OTAN. Le but recherché étant de limiter substantiellement l’exercice de la souveraineté nationale de la France.

L’attentat de Nice impliquera non seulement une limitation des libertés et une répression croissante, mais aussi une militarisation de la vie politique de la France. Le « déficit de sécurité intérieure », dont on entend parler partout à l’intérieur et à l’extérieur du pays, laissera la voie grande ouverte à la stratégie de tension de l’OTAN et de l’UE fondée sur le dogme de la « sécurité collective ».

Au-delà de toute autre réflexion et questionnement, l’attentat de Nice n’est qu’un épisode de plus à l’encontre de la France en tant qu’État structuré et souverain, tel qu’il persiste aujourd’hui depuis De Gaulle. L’impérialisme actuel n’émane pas des grandes puissances structurées, ses armes ne sont ni le jingoïsme ni le chauvinisme. L’impérialisme actuel émane des quartiers généraux de la mondialisation et du gouvernement mondial et son arme est un soit disant « internationalisme » qui vise la dissolution des Etats structurés. Déjà depuis 1998, l’OTAN avait déclaré officiellement que la situation mondiale est entrée dans une ère post-westphalienne, où la souveraineté des Etats ne peut pas occuper une place supérieure à celle des besoins de la « sécurité collective », c’est-à-dire à celle des besoins du nouvel ordre qu’exigent les marchés mondiaux et leurs quartiers généraux.

Au sein de cette guerre, en voie d’expansion, se place aussi la tentative du coup militaire en Turquie. Personne ne peut dire aujourd’hui qui se cache derrière ce coup d’état ; si le coup était vraiment contre Erdogan ou s’il s’agit d’une version alla turca du coup d’État bien connu d’aout 1991 en URSS. Rappelons qu’à cette époque certains supposés « nostalgiques » de l’URSS étaient censés avoir organisé un coup d’État juste pour donner à Eltsine la possibilité de prendre le pouvoir absolu et de dissoudre l’URSS. C’est ainsi qu’a été créé la Russie de Eltsine.

Y a-t-il des points en commun avec ce qui s’est passé en Turquie ces jours-ci ? Voyons. Dans tous les cas de figures, la victoire d’Erdogan, mettra le régime des forces armées turques dans une position très difficile. Il ne faut pas oublier que depuis les temps de Kemal Atatürk, les forces armées turques et surtout le Quartier Général, sont les garants de l’Etat laïque turc ainsi que de l’intégrité territoriale de la Turquie.

Le coup d’État opérette, tel qu’il a évolué, ainsi que la victoire finale d’Erdogan mettent fin à ce rôle de garant des forces armées. Il est fort probable qu’en Turquie arrivera ce qui est arrivé en Grèce après la dernière dictature militaire : celles-ci se dégraderont en forces de sécurité du régime et deviendront les pions du parti au pouvoir. Ceci aura des conséquences sur la survie même du pays.

La première guerre mondiale a eu lieu entre des empires en vue de la redistribution des colonies et des zones d’influence. La deuxième est surgie comme une guerre des régimes pour l’établissement d’un nouvel ordre mondial, celui d’une barbarie absolue. La troisième guerre mondiale, telle qu’elle est en train d’évoluer, vise à démolir tout Etat nation structuré pour que les marchés mondiaux puissent imposer librement ce que n’ont pas pu imposer nazi et fascistes ensemble.

Le résultat final aura beaucoup de point en commun avec l’étape de décomposition du Moyen Age.

Is Europe Doomed By Vassalage To Washington?

By Paul Craig Roberts

ελληνικά

“One Ring to rule them all . . . and in the darkness bind them.”
J.R.R. Tolkien, The Lord of the Rings

World War II resulted in Europe being conquered, not by Berlin but by Washington.

The conquest was certain but not all at once. Washington’s conquest of Europe resulted from the Marshall Plan, from fears of Stalin’s Red Army that caused Europe to rely on Washington’s protection and to subordinate Europe’s militaries to Washington in NATO, from the replacement of the British pound as world reserve currency with the US dollar, and from the long process of the subordination of the sovereignty of individual European countries to the European Union, a CIA initiative implemented by Washington in order to control all of Europe by controlling only one unaccountable government.

(more…)

La catástrofe de Grecia después de la elección del gobierno actual SYRIZA-ANEL

Συμμετοχή του μέλους του ΕΠΑΜ Χριστίνας Κόμη στο θερινό πανεπιστήμιο Campus Praxis στη Βαλένθια της Ισπανίας, 14-15 ιουλίου 2016, διοργάνωση των κινημάτων Socialismo Siglo 21 και Plataforma Salir del Euro. Παρακάτω σύντομη περιγραφή του περιεχομένου της εσήγησής της στα ισπανικά και ελληνικά.

Christina Komi, miembro del EPAM (Frente Unida Popular) da un resumen de la catástrofe de Grecia después de la elección del gobierno actual SYRIZA-ANEL. Sigue una breve descripción del contenido de la conferencia.

.

The Greek debt, a european tragedy

Το ελληνικό χρέος, μια ευρωπαϊκή τραγωδία

Français  /  english subs /  español /  ελληνικοί υπότιτλοι 

 

Για να ενεργοποιήσετε τους ελληνικούς υπότιτλους, πατήστε το κουμπί “Υπότιτλοι” στο κάτω δεξιά μέρος του βίντεο.

Το πόρισμα της επιτροπής για τον έλεγχο του ελληνικού χρέους ήταν ότι το συντριπτικά μεγαλύτερο τμήμα του είναι αθέμιτο, μη-βιώσιμο, επονείδιστο και παράνομο. Στο βίντεο εξηγούνται αυτοί οι όροι και γιατί το χρέος έχει αυτά τα χαρακτηριστικά. Επίσης αναλύεται το πώς δημιουργήθηκε αυτό το χρέος, οι επιπτώσεις των μνημονίων στους Έλληνες και στην ελληνική οικονομία και επισημαίνεται η επιβολή λιτότητας σε όλη την ΕΕ και ο συνεπαγόμενος κίνδυνος να υποστούν τα ίδια όλοι οι λαοί των χωρών-μελών της. Τέλος τονίζεται ότι υπάρχουν εναλλακτικές για την Ελλάδα και ότι η εφαρμογή τους είναι απλώς θέμα πολιτικής απόφασης της ελληνικής κυβέρνησης.

Πηγή 

EPAM’s contribution to the BREXIT campaign / Η συμμετοχη του ΕΠΑΜ στην καμπανια υπερ του BREXIT

ελληνικοί υπότιτλοι

english subs embeded (click greek subs off)

Πολίτες από χώρες-μέλη της ΕΕ, ανάμεσά τους και μέλη του ΕΠΑΜ, συμβουλεύουν τους Βρετανούς να ψηφίσουν υπέρ του να φύγουν από την ΕΕ.

Citizens of EU-member-states, among them EPAM members, advise British people to vote for BREXIT.

.