En France comme en Grèce, l’austérité tue

Un reportage du New-York Times en Grèce arrive à point nommé pour enrichir le débat sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Si un Français sur cinq déclare renoncer à certains soins par mesure d’économie, des centaines de milliers de Grecs n’ont tout simplement plus accès au soin.

 

La mesure est passée en Grèce il y a à peine plus d’un an et elle se dévoile aujourd’hui dans toute son horreur. Après un an de chômage, les Grecs perdent toute sécurité sociale, ils seront bientôt 1,2 millions dans ce cas. Des médecins sous-payés en sont réduits à tenter de soigner les malades sur leur temps libre, avec des médicaments périmés. Le reportages’appuie sur le témoignage atroce d’Elena, victime d’un cancer du sein qu’elle n’a pas pu soigner, dont la tumeur de la taille d’une orange est aujourd’hui à vif. Elle n’a d’autre traitement d’éponger ce qui suppure de sa poitrine avec des serviettes en papier. Et 2 milliards d’euros d’économie sur le système de santé sont encore à venir en Grèce.

La France est également, même si dans une moindre mesure, dans une logique d’austérité. Le plan de financement de la sécurité social prévoie ainsi une augmentation de l’enveloppe destinée aux hôpitaux délibérément inférieure aux besoins. La majorité de la population vit dans un territoire où l’accès aux spécialistes est difficile et plus du quart des Français souffrent d’un accès insuffisant aux médecins généralistes. Enfin 45 % des spécialistes pratiquent le dépassement d’honoraires.

source: L’Humanité

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s