Instantanés d’une tragédie humaine qui se poursuit, par Efi Latsoudi

Les corps de 21 migrants sont retrouvés sur une plage de l’île égéenne de Lesbos, le 15 décembre 2012, après le naufrage de leur embarcation. Un jeune Afghan de 16 ans, l’un des deux seuls survivants, indiquera que le bateau, parti des côtes de Turquie, comptait une trentaine de personnes à son bord, des Afghans pour la plupart, lorsqu’il a chaviré à cause du mauvais temps. Efi Latsoudi, résidente de Mytilène et bénévole de l’organisation de bienfaisance « To Chorio tou Oloi Mazi », qui a aidé les proches des victimes dans leurs démarches, revient sur les instants de ce drame, les obstacles rencontrés, et l’indifférence des autorités.

Un samedi matin de décembre, la plage de Thermi, a Mytilène se remplit de cadavres. « On est bouleversés, la même histoire depuis tant d’années ; autant de morts, c’est affreux – ce sont des êtres humains », nous dit un vieil homme rencontré dans le petit port. Les recherches des garde-côtes, après le naufrage de vendredi, n’ont commencé que le samedi, avec l’arrivée des premiers corps sur la côte. Il n’y a pas eu la moindre mobilisation le vendredi après-midi, ni de la part des autorités, ni de la part des médias. Un survivant avait pourtant été découvert dans un état critique, mais personne ne s’est inquiété de la présence de possibles naufragés dans les eaux glaciales.

Le jeune rescapé du naufrage a été retrouvé par la Frontex(1), à l’article de la mort, après être resté plusieurs heures dans la mer gelée. Il est resté sous surveillance à l’hôpital, il a identifié des corps et fait l’objet d’un interrogatoire. Huit jours plus tard, un citoyen charitable lui a acheté une carte téléphonique de cinq euros, pour qu’il puisse prévenir sa mère en Iran qu’il était encore en vie. Une sollicitude élémentaire pour la victime d’un naufrage, pour un individu dont les parents et les proches attendent, transis d’angoisse, d’avoir des nouvelles. Aucun rouage du mécanisme étatique qui a été appelé à intervenir ne s’en est soucié.

D’après les témoignages, il y avait dans l’embarcation huit à dix autres personnes qui n’ont pas été retrouvées. Parmi elles, des femmes et des enfants. Les jours ont passé, les corps n’ont pas été repêchés. Les retrouvera-t-on jamais ? Les requêtes de parents désespérés arrivent à Mytilène, des sollicitations que les services compétents et la bureaucratie ne peuvent satisfaire. Les proches qui habitent loin, en Afghanistan, réfugiés en Iran ou dans des pays voisins, devront attendre des mois, voire des années de souffrance et d’angoisse avant d’obtenir de vagues informations quant au sort des leurs. Si les recherches sont parfois freinées par des motifs économiques, la peine éprouvée après la perte d’un être cher est toujours sans limites.

On peut imaginer l’ampleur de la mobilisation si ces cadavres avaient été ceux de passagers d’un bateau de croisière, d’un ferry ou d’un navire commercial. On pourrait envisager, simplement, qu’une partie des fonds gigantesques alloués par l’Europe à la surveillance de ses frontières extérieures puisse être affectée à cette situation tragique, de manière à pouvoir honorer notre devoir au moins envers les défunts. Certains proches, résidant dans des pays européens, ont surmonté d’innombrable obstacles pour arriver à venir sur place, reconnaître leur mort, et engager un processus extrêmement coûteux pour le rapatrier et l’enterrer en Afghanistan. Pour les proches, des obsèques en accord avec l’Islam sont primordiales, et dans ce but aucun sacrifice n’est assez important. Tant qu’ils séjournaient dans la ville de Mytilène, des passeurs et quelques bureaux de pompes funèbres gravitaient autour d’eux, telle une volée de corbeaux, avec l’intention de prodiguer leurs services pour réaliser le profit maximum. En l’absence de sollicitude élémentaire de la part des autorités, il y aura toujours des individus prêts à « les aider » au prix fort.

Le fils d’un disparu, dans le deuil, tente d’arriver à Mytilène. Il a un permis de séjour, il est résident permanent en Allemagne. Au Pirée, les garde-côtes ne reconnaissent pas ses papiers, le retiennent, l’interrogent, et il rate son bateau. Il arrive en avion le jour suivant, désespéré, à Mytilène. Il cherche le corps de son père, en vain. Lorsqu’il a dû s’en aller, brisé, il a fallu que des citoyens l’accompagnent à l’aéroport pour qu’il puisse finalement partir. La police n’a tenu compte ni des documents légaux en sa possession, ni des circonstances tragiques de son déplacement, seulement de la nationalité afghane qu’il portait tel un stigmate, et qui le définissait

Huit corps sont reconnus et rapatriés. Les procédures bureaucratiques complexes, mais aussi les demandes d’identification qui ne cessent d’arriver, empêchent l’inhumation des autres victimes. Deux autres corps seront finalement identifiés, suite aux démarches dramatiques de leurs proches pour les récupérer. Presque 20 jours ont passé depuis le naufrage. Quelques journalistes repèrent une infamie ; ce qui les préoccupe n’est pas le désintérêt de l’Etat, mais les morts sans sépulture dont « l’odeur menace la ville »(2). Les membres des familles continuent, au prix de mille difficultés, à arriver à Mytilène pour affronter la tâche terrible de reconnaître leur proche. Père et mère reconnaissent leur enfant via des photographies et demandent à ce qu’il soit enterré sur place, car ils n’ont pas d’argent pour l’inhumer dans leur pays.

Les réfugiés les révulsent, les réfugiés les menacent. Sous la pression des publications, les obsèques ont finalement lieu, sur ordre du procureur. Nous insistons pour qu’elles se déroulent de jour, et non de nuit, comme l’aurait imposé le respect à la lettre de la consigne. Douze personnes ont été enterrées dans le cimetière de la ville de Mytilène. Ces inhumations ont été dictées par l’intérêt public, pour éviter un risque sanitaire pour la ville, pas par obligation humaine vis-à-vis de personnes venues mourir chez nous. Des badauds sont présents, observant l’horreur d’une inhumation collective ; les autorités sont finalement là, à la dernière minute. Le maire a aussi pris la parole, ému, rappelant que « ce sont des êtres humains ».

Les compatriotes des défunts, des Afghans habitant la ville de Mytilène, s’occupent des tombes. Ils égalisent les fossés précédemment creusés par un bulldozer, nivellent la terre avec les mains, et, avec douleur et respect, font la prière qui sied à leurs compatriotes défunts. Des plaques de marbres, sur lesquelles ont été tracés des numéros et des dates, sont posées sur la terre, avec les fleurs que nous avons apportées, embarrassés, ignorant leurs coutumes funéraires. « Chez nous, on ne met pas de fleurs », m’ont-ils dit, les acceptant néanmoins avec gratitude. En sortant du fleuriste du cimetière, la gérante accourt pour nous remettre un bouquet d’œillets blancs. « Mettez celui-là aussi, s’il vous plaît, on n’en peut plus de voir ces gens mourir comme-ça, c’est insupportable ! » Je n’ai pas pu lui répondre, ni regarder son visage peiné. »

Nos morts sont des êtres humains. Les migrants qui passent la frontière, traqués, sont des êtres humains, et il n’existe pas de catégorie où les classer, ils ne sont pas plus ou moins humains que d’autres. Les autorités leur réserve un traitement raciste, dans la vie comme dans la mort. Les médias leur ont collés l’étiquette inacceptable de l’immigration clandestine, et les relèguent dans une catégorie d’êtres inférieurs, celle de ceux qui peuvent mourir massivement à nos frontières, privés de sépultures et de deuil. S’ils survivent, ils seront placés en détention, dans des conditions lamentables, et traînés durablement en justice.

Si cette logique raciste de l’Etat vis-à-vis des migrants ne change pas radicalement dans notre société, le fascisme continuera à s’enraciner plus profondément encore, et sa pestilence s’étendra aux Grecs comme aux immigrés, car il ne fait pas de distinction.

PS : La découverte de trois nouveaux corps sur une plage du sud de l’île de Chios, il y a quelques jours [le samedi 13 janvier], augmente le nombre de ces morts tragiques et montre clairement que le drame se poursuit, chaque jour.

1 – Frontex : agence européenne participant à la surveillance des frontières extérieures de l’UE.

2 – Des médias ont rapporté qu’à l’hôpital, des gens se sont plaints de l’odeur venant de la morgue.

Article paru le 18 janvier 2013 sur le site Aplotaria.gr, traduit du grec par AR.

Lien vers l’article original et le diaporama de Stelios Kraounakis : Στιγμιότυπα μιας ανθρώπινης τραγωδίας που συνεχίζεται

source: http://roumelie.wordpress.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s