Lettre ouverte au Premier ministre Grec Antonis SAMARAS.

Open letter to the Greek Prime Minister A. Samaras

Ανοιχτή επιστολή προς τονπρωθυπουργό κ. Αντώνη Σαμαρά

Par Yannis MAKRIDAKIS

Je m’appelle Yannis Makridakis et j’habite à Volissos de Chios. Dans le passé, j’ai fondé le Centre d’études de Chios par l’intermédiaire duquel, durant 15 ans, plusieurs recherches, études, enregistrements, archives et publications furent créés. Ensuite, j’ai écrit un ouvrage historique portant sur la période qui s’étend depuis l’intégration de Chios à l’État néohellénique, en 1912, jusqu’à la 2e guerre mondiale. Suivit un autre ouvrage, dans lequel les opinions exprimées relèvent clairement de la gauche, relatant les témoignages de refugiés et de militaires Grecs au Moyen-Orient, durant la dernière occupation allemande. J’ai également écrit sept ouvrages littéraires, trois romans et quatre nouvelles, qui furent publiés en Grèce par les éditions historiques « Estia » et le seront bientôt, en France, par les éditions S. Wespieser. Par conséquent, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il s’agit, entre autres, de produits d’exportation grecs, pour utiliser les termes économico-financiers qui, semble-t-il, sont les seuls que vous comprenez.

En outre, depuis trois ans, je m’adonne à la culture de la terre afin de produire et de récolter ma nourriture. Je me suis donc tourné vers la culture naturelle de la terre mais aussi vers la société, en tant que philosophie de vie, en semant des graines et en observant le lent développement naturel, n’intervenant jamais sur la nature et ses créatures.

En même temps, je déclare être opposé, sur le plan idéologique, au système immoral et fasciste pour les hommes et les autres créatures qu’est le système des finances qui a été créé par les consommateurs et que les gouvernements font grandir au point qu’il se substitue à l’écosystème et détruise l’humanité et la planète. De plus, je me range évidemment contre l’UE, telle qu’elle est devenue, et, bien entendu, parfaitement contre l’OTAN, la zone euro, les mémorandums, la destruction de l’environnement et la braderie des ressources naturelles de mon pays.

Il est donc clair comme l’eau de roche, Monsieur Samaras, que, avec pareil passé, pareilles convictions et idées, j’incarne l’autre extrême par rapport aux néonazis, cette autre extrême de l’ « extrémisme » que vous avez clairement défini. Et, de toute évidence, à compter d’aujourd’hui, j’attendrai que, en tant qu’État, vous envahissiez mes lieux, ici, entre mes plantes qui poussent, et que vous me réprimiez, en tant qu’extrémiste.

Je vous prierais seulement de mettre en garde vos organes, qu’ils fassent attention où ils mettront les pieds, parce que c’est plein de graines et de pousses, partout ; il y a des espoirs partout…-

http://www.yiannismakridakis.gr

Traduit en français par Christine Cooreman

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s