Proposition de l’EPAM (Front populaire uni) pour mettre fin aux noyades de gens innocents

 ελληνικά  /  english

cropped-epam-english-482x180.jpg

Déclaration

Pendant que l’UE fait semblant de s’occuper de la question des réfugiés par des réunions au sommet et l’édification de murailles, tous les jours des hommes, des femmes et des enfants innocents sont noyés dans la Mer Égée dans leur effort de vivre en sécurité et loin des guerres. Au même moment, le gouvernement grec verse des fausses larmes et par ses mots vides participe au même théâtre. En ce qui concerne la Turquie, elle permet librement et sans le moindre obstacle l’action des trafiquants d’âmes humaines qui mènent ainsi des centaines de réfugiés à la mort.

L’EPAM propose l’adoption des mesures suivantes dans le but de mettre fin aux homicides :

  1. Dénonciation de la Turquie et mise en place des sanctions contre elle pour collaboration ouverte de ses autorités avec les trafiquants et ce depuis bien des années.
  2. Application stricte du droit international et des conventions de l’ONU concernant le traitement des réfugiés par tous les pays d’accueil. Notamment, le fait que les réfugiés ont droit d’asile dans le premier territoire où ils arrivent. Ce premier territoire est bien la Turquie qui refuse d’accueillir les réfugiés en leur offrant l’asile ainsi que de leur fournir les documents nécessaires pour voyager légalement –comme ceci est prévu par le droit international. La Turquie doit, en conséquence, se voir appliquer les sanctions prévues par la communauté internationale.
  3. Défense du droit souverain des autorités grecques par le gouvernement grec sur la direction et la gestion de la crise. La responsabilité devrait appartenir intégralement aux autorités grecques et les organisations de volontaires, les ONG, les initiatives privées et l’assistance internationale devraient être placées sous le contrôle direct et la coordination des autorités grecques. Il faut arrêter le « safari » sans limites des soit disant organisations de volontaires et autres organisation « humanitaires » peu transparentes qui exploitent l’existence de victimes innocentes pour encaisser des subventions ou pour assouvir des objectifs géostratégiques.
  4. Dénonciation et suspension du deuxième (2e) Traité de Dublin et traiter la crise des réfugiés dans sa dimension internationale et non pas comme un problème interne de l’Europe. La résolution de ce problème ainsi que de celui du transport de ces populations devront par conséquence interpeller la communauté internationale sous la responsabilité de l’ONU. Il ne peut pas y avoir de pays, tels les Etats Unis, mêlés dans les guerres qui sont à l’origine de ces déplacements massifs de populations (réfugiés et immigrés inclus), et qui restent en retrait comme si le problème ne concernait pas.
  5. Dénonciation des pays qui se nient de recevoir des réfugiés auprès de la communauté internationale et des organismes internationaux pour collaboration aux homicides massifs, ceci constituant un crime contre l’humanité.

Ce n’est pas par des mots et des réunions que nous arriverons à sauver les vies humaines. Ce n’est que par l’action que nous pourrons éviter les morts.

L’EPAM propose des actions concrètes.

Secrétariat Politique, 5/11/2015

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s