Intervention à propos de la réunion de sommet du plan B pour l’Europe

Contribution de l’EPAM à la réunion anti-plan B organisée par le parti français PEP à Paris le 22/1/2016

ελληνικά

Sous le prétexte de la démocratisation de l’Europe, de la suppression du carcan néolibéral et de la morale d’extrême droite qui domine aujourd’hui l’UE ; sous les apparences d’une désobéissance politique vis-à-vis des pratiques arbitraires et des règles absurdes de l’UE ; en évoquant une renégociation complète des traités européens, depuis le début du mois de septembre 2015, a eu lieu la publication du texte-manifeste du mouvement pan-européen Plan B pour l’Europe.

Un manifeste qui souligne le besoin d’une préparation de haut niveau, d’un Plan B pour l’Europe pour atteindre la « démocratisation » de l’Union et qui inclut entre autres : « l’introduction de systèmes de paiement parallèles, des monnaies parallèles, la dématérialisation des transactions en euro, l’inauguration des systèmes d’échange dans un cadre communautaire, la sortie de l’euro ainsi que sa transformation en une nouvelle monnaie commune ».

C’est ainsi que se définit le cadre de la réunion du sommet international Plan B pour l’Europe qui aura lieu le 23 janvier 2016 à Paris.

En réalité il s’agit d’une opération de désorientation complète des peuples, avec des objectifs concrets et l’ambition de jouer le rôle d’une cinquième colonne pour casser la résistance des peuples européens, la revendication de l’indépendance nationale, de la souveraineté populaire et de la libération sociale.

Il s’agit de la réunion internationale des euro-lascifs de gauche qui, sous le prétexte de la soit disant « démocratisation » de l’UE et de la fin de l’austérité, n’hésitent pas d’adopter et de donner corps aux lubies les plus sombres des grands spéculateurs et usuriers internationaux : l’introduction de monnaies doubles qui permettra la dévaluation violente et sans entraves des taux de change et, en même temps, les dévaluations internes, le saccage de la fortune publique et privée tant des pays soumises à des programmes d’ajustement budgétaire que des pays de la zone euro dont les économies sont toujours en crise.

Voici la voie indiquée pour mener les économies de la zone euro vers l’écroulement total. Ayant supprimé les frontières et les Etats-nations, la justice nationale et les parlements nationaux, les pays européens deviendront le terrain d’une banqueroute sans précédent, livrés aux mains des gouvernements supra-étatiques et supra-nationaux. Il s’agit d’instaurer une nouvelle colonisation dans l’UE.

Nous, en Grèce, avec le gouvernement de la gauche « radicale » nous avons vécu de près ce que le Plan B prépare pour les autres peuples de l’Europe. La société grecque a confié son espoir et son sort aux radicaux progressistes de la gauche : SYRIZA. Aujourd’hui notre société vit la pire des situations depuis le début de la crise puisqu’elle se révèle incapable de réagir, au mois jusqu’à présent, face à la transformation complète de la gauche prometteuse et face à la réalité d’un pays occupé.

Le Plan B pour l’Europe s’attribue exactement le même rôle : désorienter les sociétés européennes, en usurpant leur appuie et en paralysant les éventuelles résistances que les peuples peuvent construire au jour le jour pour se libérer. Ce Plan B est aujourd’hui l’ennemi le plus sournois car il fait résonner, au nom de la gauche, les notions d’humanisme, d’intellectualité et de progrès mais en réalité il représente et s’identifie aux stratégies des spéculateurs internationaux, il assimile dans son propre programme leurs objectifs.

 

L’EPAM sait que le seul moyen dont les peuples européens disposent pour regagner leur indépendance nationale, leur souveraineté populaire et la démocratie dans leurs pays est la sortie immédiate de l’UE et de la zone euro ; c’est la non reconnaissance et la suppression de la dette comme illégale, abusive et insoutenable ; c’est l’adoption d’une monnaie nationale émise et contrôlée par l’État, ce qui permettrait l’exercice d’une politique économique et financière indépendantes.

L’EPAM sait que tout plan qui, indépendamment de son nom, veut se présenter comme défenseur de la démocratie et de la liberté des peuples européens tout en restant à l’intérieur de l’étau que constituent l’euro et l’UE, est au service du fascisme néolibéral lié au 4e Reich, ou bien de l’Europe des spéculateurs, des marchés et de la nouvelle oligarchie bancaire.

C’est pourquoi notre priorité est la libération nationale des pays de l’Europe, l’existence de peuples libres et souverains, l’autodétermination, la justice et la démocratie, en respectant les différentes cultures et traditions ainsi que les luttes menées à tout moment contre toute sorte de tyrannie.

Secrétariat politique de l’ EPAM

Athènes, le 17/1/2016.

 

 

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s