La remise de la mer Egée à l’OTAN entraîne les premiers bouleversements

par Dimitris Kazakis

ελληνικά

La remise de la mer Egée, par le gouvernent grec actuel, à l’OTAN –ce qu’aucun gouvernement depuis les temps de la dictature grecque n’avait osé faire– est un fait totalement inouï. Tout d’abord à cause du silence sépulcral de toutes, absolument toutes, les forces politiques du parlement hellénique. Elles sont donc toutes complices de la même imposture. De la même façon qu’elles se rendront complices de la suivante: l’installation des forces étrangères qui garderont les frontières grecques sur la terre ferme.

D’ici la fin de 2017, moment de la mise à niveau des forces militaires de l’OTAN en Europe, la Grèce sera déjà sous le contrôle militaire total de l’OTAN. Peu d’unités de l’armée grecque continueront à exister et ce, sous administration de l’OTAN. Tous les partis ont donné leur accord pour ça : de l’Aube Dorée au Parti Communiste.

Le problème pourtant ne se limite pas à la destruction du statut international de la Grèce comme Etat indépendant mais s’étend aux bouleversements très rapides sur la scène géostratégique de la région. Pour la première fois, après le 19e siècle, la Russie se trouve isolée du point de vue maritime, sans issue vers l’Egée. La sécurité du transit de ses navires se trouve exclusivement aux mains de l’OTAN.

Ces nouvelles données ont obligé Poutine à sacrifier Assad, d’un côté, et la Syrie, de l’autre, et ont permis à la Turquie de s’attribuer un rôle plus important dans la région. Voici quel est le sens du cessez-le-feu en Syrie, décidé lors des négociations de 20 pays à Munich la semaine dernière : permettre aux forces mercenaires de l’OTAN de consolider leurs places et de déterminer les régions qui seront sous leur contrôle. En même temps, l’OTAN aura le temps de renouveler ses fournitures en termes d’armes et d’hommes pour procéder à la mise en pièces de la Syrie et à la création de zones d’influence et de contrôle.

En même temps, on permet à la Turquie d’intensifier ses entreprises militaires contre les Kurdes à l’intérieur de la Syrie. Fait auquel ont réagi tant la France que les USA. Mais M. Davoutoglou a été clair : la Turquie a le droit de procéder à des contre-mesures chaque fois que ses forces reçoivent des coups provenant du territoire syrien. Le gouvernement turc sait très bien que le grand festin du morcellement de la Syrie a déjà commencé et il vise à renfoncer sa présence militaire pour y arracher des territoires ou au moins des têtes de pont en territoire syrien.

Nous ne tarderons pas à sentir cet enhardissement de la Turquie aussi dans la mer Egée. Avec une Grèce affaiblie à en être inexistante et un OTAN très tolérant, pourquoi ne pas imposer des faits accomplis ? Jamais auparavant les îles grecques ne se sont trouvées aussi exposées du point de vue de la souveraineté nationale.

Pourtant, le plus important est la constatation que la Russie de Poutine a montré un « important changement de comportement », comme le déclare Philip Hamond, Ministre des Affaires Etrangères britannique. « L’objectif actuel est que tant Moscou que Téheran conduisent le régime Assad à déposer les armes », déclare le Ministre des Affaires Etrangères allemand Franck Walter Steinmayer. « Celui qui ne collabore pas… doit s’attendre à toutes les conséquences de son refus », a-t-il dit sur un ton de ministre du Reich.

Comme tout le démontre, l’isolement de la Russie de la part de l’OTAN a comme première victime la Syrie elle-même et comme but sa mise en pièces contrôlée par des chefs de tribus, selon le modèle libyen. On verra alors des flux de réfugiés sans précédent.

Et après, à qui est-ce le tour ? A la Jordanie ? A l’Iran ? A la Turquie ? A tous. Aucun pays ne se sauvera du morcellement et de la fragmentation internes. De façon qu’aucun ne constitue plus un Etat organisé. Et les peuples, eux, seront condamnés à une vie de nomades à la recherche de leur nourriture n’importe où sur la planète.

Un nouveau Moyen Age est en train de naître.

Pour la traduction en français : Christina Komi

 

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s