Voici ce que le président “socialiste” François Hollande faire à la démocratie Française !

Ruée sur les pompes à essence dans le nord-ouest de la France.

De longues files d’attente aux stations essence: les automobilistes traquaient les carburants samedi dans le nord-ouest de la France, après l’instauration, par endroits, de mesures de rationnement pour éviter une pénurie liée à la fronde sociale, selon des correspondants de l’AFP.

En raison du blocage de raffineries par des opposants à une réforme du droit du travail, des arrêtés limitant la distribution de carburants ont été pris dans plusieurs départements du quart nord-ouest du pays.

La levée de barrages devant d’importants dépôts pétroliers a permis de réalimenter certaines stations samedi mais de nombreuses autres restaient à sec et celles encore approvisionnées ont été prises d’assaut, au prix par endroits d’embouteillages.

A Nantes, Rennes ou Brest, il fallait parfois plus d’une demi-heure, voire une heure, pour accéder aux pompes, selon les témoignages d’automobilistes, dont certains, découragés, faisaient parfois demi-tour.

Au total, une dizaine de départements ont instauré vendredi des restrictions à la distribution d’essence. Les autorités ont également fait évacuer les accès de six dépôt pétroliers sur huit bloqués depuis plusieurs jours.

Le gouvernement français a écarté jusqu’à présent le moindre risque de pénurie de carburants et le Premier ministre Manuel Valls a affiché sa détermination “à faire lever les barrages s’ils persistent“.

Il a également réaffirmé que la réforme du droit du travail, contestée dans la rue depuis plusieurs mois mais passée en force à l’Assemblée nationale la semaine dernière faute de majorité, irait “jusqu’au bout, personne ne peut en douter“.

Le président socialiste François Hollande a déjà assuré mardi qu’il ne renoncerait pas à sa réforme, qui a pour objectif de déverrouiller le marché du travail et lutter contre un chômage endémique avoisinant 10% de la population active.

Pour ses détracteurs, le texte est trop libéral et risque de renforcer la précarité des salariés. Depuis début mars, les opposants à cette réforme multiplient les journées de grèves et de manifestations, qui ont été émaillées de violences.

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s